passez faire un tour à la boutique: doctorak.co

dimanche 12 mars 2017

Simon Brousseau, Synapses


Synapses est construit comme un script informatique fait d'une structure fixe, un paragraphe fait d'une seule phrase, traitant à répétition les données imperceptible de l'existence, tous ces petits détails qui ne changent rien au cours des choses mais qui lui appartiennent néanmoins et qu'on relègue à la périphérie de notre conscience et du récit qu'on se fait de notre propre vie. Une poignée de main moite, les billes de mercure d'un thermomètre brisé, se rendre compte qu'on est trop vieux pour chier derrière un buisson, les détails de la vie que la conversation n'arrive pas à attraper passent à travers l'algorithme littéraire de Brousseau. L'ambition de Synapses est de pousser un peu plus la littérature vers l'ethnographie en construisant la structure narrative la plus désingularisée possible pour arriver à décrire le rapport le plus commun aux sensations, qui accompagne l'humain de la petite enfance à ses derniers moments.

Simon Brousseau, Synapses, Le Cheval d'août, 2016

Le gala c'est ce soir, 19h

samedi 11 mars 2017

Sarah Burgoyne, Saint Twin


Ce premier recueil de la Montréalaise Sarah Burgoyne vient jouer dans un espace de l’intime qui se cache de la lumière et de tout ce qui est nouveau qui s’efface trop vite. On choisit l’imparfait et le concret de ce qui n’est pas tout à fait arrivé. Ce sont des cartes dessinées d’endroits qui n’existent pas encore, de moments déjà oubliés et de gestes qu’on ne sait plus comment faire. C’est cette personne roulée tout au fond de nous à qui on chuchote ou on crie, ce jumeau oublié. On avait aimé ses fanzines et on est content d’être enfin arrivé à cet espace habitable et fascinant qu’est son premier livre.

Sarah Burgoyne, Saint Twin, Mansfield Press, 2016

Texte: Catherine Cormier-Larose

Le gala c'est demain!!

vendredi 10 mars 2017

Oriane Lassus, Quoi de plus normal qu'infliger la vie?

Les normes sociales sont cruelles à l'égard de ceux qui s'en écartent, et de toutes les normes la plus insidieuse est peut-être celle d'avoir des enfants. Si retarder leur conception peut encore passer, la décision de ne pas en avoir est l'occasion d'un harcèlement subtil des proches comme des étrangers. Les choses qu'on peut se faire dire, c'est terrible. Mais le pas de côté permet aussi de constater la violence normative qu'on exerce sur les nouvelles mères comme sur les mères à venir et dont on cherche à raboter toute singularité. C'est ce que met en scène l'album Quoi de plus normal qu'infliger la vie? d'Oriane Lassus. Le style de Lassus, une sorte de croisement complètement organique entre le cubisme et Ralph Steadman, donne l'impression d'un extra-terrestre perpétuellement stupéfait de constater comment les humains vivent. C'est ce style qui permet au propos de Lassus de demeurer drôle et décalé sans faire de compromis sur la gravité du sujet.Big up enfin au travail d'adaptation de Vincent Giard et Sophie Bédard du texte français original vers une version locale qui cherche à construire une sorte de registre populaire au français international.

Oriane Lassus, Quoi de plus normal qu'infliger la vie?, La mauvaise tête, 2016, 68 pages

Le gala a lieu ce dimanche à la Sala Rossa

jeudi 9 mars 2017

Simon-Pierre Beaudet, Fuck le monde

Les essais que regroupe Fuck le monde parcourent la petite histoire du dépressionnisme québécois, un des courants d'idées les plus singuliers des quinze dernières années. La progression chronologique permet de voir apparaître l'aisance non seulement de Beaudet mais de toute la culture dépressionniste qui intègre peu à peu les éléments de la grande pensée de gauche européenne pour ensuite prendre un élan aussi chargé de vitalité que d'amertume. La guerrilla se déplace alors sur les Plaines d'Abraham pendant la Saint-Jean, dans les restaurants de Limoilou aussi bien que das les pages du magazine de Ricardo. L'essai culturel malin et spirituel, de cette grande tradition initiée par Arthur Buies et Jules Fournier, a malheureusement été plus prolifique à droite qu'à gauche depuis 30 ans. Fuck le monde est, on l'espère, une point tournant dans l'histoire des idées au Québec.

Simon-Pierre Beaudet, Fuck le monde, Moult, 2016

Le gala a lieu ce dimanche à la Sala Rossa

mercredi 8 mars 2017

Stacy Szymaszek, Journal of Ugly Sites & Other Journals

C’est rare de mettre la main sur un recueil tellement unique que t’as peur que si tu clignes des yeux, même un peu, il va disparaître parce que c’est trop inusité et beau de l’avoir trouvé la première fois.  Je me suis donc retenue à ce Journal of Ugly Sites un peu comme à une bouée qui permet de naviguer le quotidien comme s’il était un poème à coup de hachures, de cocktails, d’animaux sur la rue et d’amis. Il y a quelque chose d’intouchable dans ces poèmes de tous les jours, et Stacy Szymaszek a réussi à leur arracher toute la beauté qu’il leur restait pour la poser, petites bombes, dans son recueil. Je t’en prie, laisse-la t’exploser.

Stacy Szymaszek, Journal of Ugly Sites & Other Journals, Fence Books, 2016

Texte: Catherine Cormier-Larose

Le gala a lieu le 12 mars

mardi 7 mars 2017

Catherine Bilodeau, Thomas Bourdon, Marie-Jeanne Gagnon et Catherine Rondeau, festival SOIR


Le collectif SOIR, composé de Catherine Bilodeau, Thomas Bourdon, Marie-Jeanne Gagnon et Catherine Rondeau, était derrière ce festival qui à l'été 2017 a pris d'assaut la rue Beaubien avec des dizaines de stations improvisées à même les boutiques, les terrasses, le trottoir. Il a depuis établi son quartier général sur St-Laurent, dans un espace qu'ils ont nommé l'Espace des mêmes. L’Académie vit pour ce genre de projet de contamination poétique, littéraire et artistique, cette idée que la rue, que la ville nous appartiennent et qu’on peut y poser dessus le plus de projets culturels sans que rien ne s’effondre, bien au contraire! SOIR, c’est la barricade entre nous et la bêtise humaine qui est partout, ils sont la preuve que c’est mieux ensemble que séparé, c’est l'invitation à une collectivité tentaculaire et multipliable de venir s’y imbriquer et c’est surtout, enfin, le temps qui joue en notre faveur, pour une fois.

Collectif SOIR

Texte: Catherine Cormier-Larose

Le gala a lieu le 12 mars

lundi 6 mars 2017

Pierre Brouillette-Hamelin, Cassette & Bandcamp du Off-FPTR

Pierre Brouillette-Hamelin est un gars de son. C’est comme ça qu’il veut qu’on le présente et c’est ainsi qu’on le reconnaît, toujours en train de rouler ou dérouler des fils ou demi caché derrière une console quelque part. Mais c’est aussi un membre important de l’Off festival de poésie de Trois-Rivières. Pierre, c’est la petite fée qui veille à tout et qui n’est pas stressé. Pis avec les années, on s’est aperçu qu’il collectionnait les archives sonores de toutes ces fantastiques soirées. On n’était donc pas surpris, mais émerveillés, d’en retrouver une partie sur la cassette jaune dans la boîte-de-poulet-fanzine « Toute la sauce! ». Pis on vous invite à vous replonger dans 10 ans de poésie pas plate à même votre salon par le bandcamp de l’Off, merci, Pierre!

Pierre Brouillette-Hamelin, Cassette dans le collectif, Toute la sauce, zine, 2016 Présentation de Mélanie Jannard
Pierre Brouillette-Hamelin, Bandcamp du OFF-FPTR

Texte: Catherine Cormier-Larose

Le gala a lieu le 12 mars

dimanche 5 mars 2017

Magali Baribeau-Marchand et Les poulpes, Lapin lièvre #6

Lapin lièvre en est à son sixième numéro, un zine toujours aussi soigné en couleur sur papier de qualité et aux coins arrondis. En Convoi raconte en dessins tracés à partir de photos le projet du collectif Les Poulpes de traverser une partie du Canada en train et de le documenter en bribes de textes. Texte, dessin, calligraphie, la parenté est évidente avec La prose du Transsibérien et de la Petite Jehanne de France, le poème-affiche de Blaise Cendrars et Sonia Delaunay et n'en souffre aucunement tellement l'exécution se montre à la hauteur et retient quelque chose absent de l'oeuvre de Cendrars et Delaunay: l'enthousiasme et l'insouciance de voyager entre filles, d'avancer en ligne droite sur des milliers de kilomètres.

Magali Baribeau-Marchand, Andrée-Anne Gignac, Anick Martel, Elaine Juteau, Lapin Lièvre #6 («En convoi»), zine, 2016

Le gala a lieu le 12 mars

L'Euguélionne, librairie féministe

Dans plus d’une ville qui a sa librairie féministe, je suis passée à côté parce que je ne savais pas qu’elle existait, où elle était, etc. Le pari de L’Euguélionne vient d’une implication marquée dans différentes communautés d’où l’engouement qui dépasse ses juments de bataille que sont la littérature des femmes les ouvrages féministes, queer, lesbiens, gais, bisexuels, trans, intersexe, asexuel et agenre, two-spirited, anti-racistes, anti-coloniaux, etc. Les libraires et les membres de la coop sont des personnes croisées depuis des années en librairie, dans les lancements, dans les festivals, dans les salons de la micro-édition et leur empreinte sur le paysage littéraire ne fait que s’agrandir depuis qu’elles sont réunies sous un même toit. Son emplacement, dans Centre-Sud, en plein coeur du quartier gai, en fait un lieu de choix pour une librairie, point. Et si une librairie féministe peut assouvir le besoin criant d’une librairie de quartier tout en étant une librairie spécialisée, ben on vient de gagner encore une couple de pouces pour l'égalité.

L'Euguélionne, librairie féministe, 1426 Rue Beaudry

Texte: Catherine Cormier-Larose

Le gala a lieu le 12 mars

samedi 4 mars 2017

Sarah Chouinard-Poirier, IndexE

Sarah Chouinard-Poirier aura passé sept jours confinée derrière une vitrine au croisement de deux corridors d'un centre d'artiste, sur un fauteuil disposé devant une bibliothèque garnie de livres de femmes. Elle en prenait un au hasard, le lisait à voix haute durant une heure en le commentant parfois, et recevait même des invitées pour en discuter. L'art de performance, on le sait, travaille la notion d'occupation de l'espace mieux que toutes les autres disciplines. Mais la contiguïté de la petite vitine ne dévoilait pas tout: en lisant pendant une centaine d'heure la littérature faite par les femmes, en en parlant et en faisant parler ses invitées, Chouinard-Poirier revendiquait un territoire de la parole continue, donnant une idée concrète de cet espace immensément vaste de la littérature qui n'occupe malheureusement pas encore toute la place qui lui revient. Et cet espace débordait du loft d'artiste à travers le live-streaming diffusé pour l'occasion.

Sarah Chouinard-Poirier, IndexE, performance, Agence Topo, 2016

Le gala a lieu le 12 mars

vendredi 3 mars 2017

Moez Surani, ةيلمع Operación Opération Operation 行 动 Oперация

Opération (ةيلمع Operación Opération Operation 行 动 Oперация) est ce genre de recueil qu’on ne dépose pas, on le traîne avec soi dans notre sac, dans nos poches, dans le métro, sur la rue… Il est de ces livres qui ne nous laisse pas intacts et son éclatement dans l’espace public le prouve bien, il a été récité par plusieurs poètes déjà. Opération, ce sont les noms des opérations militaires menées par des membres des Nations Unies. Opération, c’est en fait un chant qui reste pris dans la gorge tellement il est violent, mais que l’on doit quand même crier pour qu’il éclate et que l’on puisse enfin ramasser les morceaux afin d’en reconstruire quelque chose. Opération est unique dans la sphère poétique car ce livre traverse toutes les langues et appartient à la conceptualité d’une œuvre artistique. La préface est à elle seule un poème et sa résonnance en fait une performance poétique sans frontière.

Moez Surani, ةيلمع Operación Opération Operation 行 动 Oперация, Book Thug, 2016, 112 pages.

Texte: Catherine Cormier-Larose

Le gala a lieu le 12 mars

jeudi 2 mars 2017

Alice Rivard, Shrapnels & «You Can't Sit With Us»


Le recueil Shrapnels était comme une mine qui attendait qu'un critique pose le pied dessus. « You Can't Sit With Us », la réponse servie à cette critique par Alice Rivard sur Filles Missile a été la détonation. Cet ensemble, le recueil, sa critique et la réponse, a libéré quelque chose retenu depuis trop longtemps, individuellement pour son auteure mais aussi collectivement, pour les femmes qui écrivent avec le matériau de leur existence et à qui on accorde moins souvent qu'aux hommes le privilège de la fiction. Lorsque l'existence devient le matériau avec lequel les livres sont écrits, on touche à quelque chose qui se trouve au-delà des questions esthétiques et la critique fondée sur le jugements de goût tombe alors dans une sorte d'imposture.


Alice Rivard, Shrapnels, L'Écrou, 2016
Alice Rivard, «You Can't Sit With Us», Filles Missiles, 2017

Le gala a lieu le 12 mars

mercredi 1 mars 2017

Laurent Boutin


Laurent Boutin, c’est pas rien qu’un libraire accoudé à son comptoir chez Planète BD : c’est le libraire que tu croises à tous les lancements de BD, c’est le libraire que tu croises à tous les concerts, c’est le libraire qui collectionne le plus de zines depuis le plus longtemps, c’est le joueur imbattable des quiz du FBDM, c’est la face qui a été la plus dessinée de toutes les faces montréalaises. Laurent c’est le référent des références obscures-hermétiques-graphiques-et-ou-musicales (la preuve c’est son nombre incroyable de t-shirts à l’effigie d’on ne sait jamais vraiment tout à fait quoi, genre, ça nous évoque de quoi quand on est nés avant 1991, mais sinon…). Laurent, aussi, il a été partout. Dans ta bulle, Les Mystérieux étonnants, Pop-en-Stock, le prix Bédélys… Partout qu’on te dit! On attend rien que ça que ça sorte un album «Où est Laurent» pis qu’on s’amuse un peu. Reste que, pour l’instant, un animal libraire de même c’est rare, et même, c’est dadon rare.

Texte: Virginie Fournier

Le gala a lieu le 12 mars

mardi 28 février 2017

Zéa Beaulieu-April, Daniel Canty


Avouer son admiration pour un contemporain est une chose surprenamment difficile. Il n'y a rien à gagner à être catégorisé comme fanboi, et l'amour met encore malgré tout mal à l'aise dans un monde où la communication est dominée par l'ironie. La rhétorique de l'admiration reste à inventer, et Daniel Canty de Zéa Beaulieu-April initie assurément quelque chose de cette exploration. Beaulieu-April manipule adroitement l'objet de son admiration, le retourne sans relâche, le maltraite parfois, répète inlassablement le nom de Daniel Canty jusqu'à le vider de son référent. Mais même après tous ces jeux de défiance, l'admiration demeure inaltérable et sincère, ouvrant le chemin non seulement pour elle, mais pour tout le monde.

Zéa Beaulieu-April, Daniel Canty, zine, 2016

Le gala a lieu le 12 mars

lundi 27 février 2017

Stéphanie Roussel & Alexandre Turgeon-Dalpé, De gestes et de paroles

Jamais je n'aurais pu imaginer qu'un jour la poésie serait plus populaire que la musique indépendante. C'est pourtant l'impression que j'ai lorsque vois un portier comptabiliser les entrées au Quai des brumes parce que le bar est à pleine capacité pour l'événement Vaincre la nuit, un des nombreux micro-libres de Montréal. Ça n'a pas toujours été comme ça, et ce ne sera pas toujours comme ça. Stéphanie Roussel et Alexandre Turgeon Dalpé ont trouvé la forme pour documenter ce mouvement: un zine à l'exécution impeccable, comportant photographies, témoignages, essai et poèmes dans la proportion qu'il fallait. De gestes et de paroles est un document essentiel.

Stéphanie Roussel & Alexandre Turgeon-Dalpé, De Gestes et de paroles: regard sur les micro-libres à Montréal, Montréal, Neminis, 2016, 82 pages

Le gala aura lieu le 12 mars.